Fondateurs

Les deux fondateurs : Maria Nowak, Présidente-fondatrice de l’Adie et Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix

L’initiative de la création du Fonds Adie pour l’entrepreneuriat populaire revient à Maria Nowak, Présidente-fondatrice de l'Adie.

Diplômée de l’IEP de Paris et de la London School of Economics, Maria Nowak a consacré l’essentiel de sa carrière au développement, au sein de l’Agence Française de Développement. Dès les années '80, elle s’intéresse au microcrédit et transpose en Afrique de l’Ouest l’expérience de la Grameen Bank mise en place par Muhammad Yunus au Bangladesh. Elle initie en parallèle les premiers programmes de microcrédit en Europe pour le compte de la Banque Mondiale. Elle crée ainsi l’Aide en 1989 pour appliquer ces mêmes techniques à la France.

Inlassablement, elle étend ses théories à d’autres pays européens, et fonde le Réseau Européen de Microfinance dont elle a été Présidente jusqu'en 2009. Auteure de plusieurs ouvrages, dont « La Banquière de l’espoir » et « On ne prête pas qu’aux riches », elle a reçu de nombreux prix au titre de son action et a été faite Officier de la Légion d’Honneur en 2008.

Muhammad Yunus, Prix Nobel de la Paix, est le Président d’Honneur du Fonds Adie. Ce brillant économiste s’est distingué dès les années '70 pour avoir mis en place le premier système de microcrédit dans son pays, le Bangladesh, gravement touché par la misère.

La Grameen, qui obtiendra le statut d’établissement bancaire en 1983, fait alors la démonstration que les personnes très modestes peuvent sortir de leur condition de misère si on leur permet de créer leur propre activité. Par la suite, ses travaux seront repris dans de nombreux pays et mis en application dans certaines zones frappées par les difficultés économiques.

L’Académie Nobel l’a distingué en 2004 en reconnaissant le microcrédit comme facteur d’une plus grande paix sociale. Muhammad Yunus préside également le Comité de parrainage du Fonds Adie.